Sélectionner une page

Un petit bijou se cache derrière cette jolie arcade située en plein cœur de Carouge. Dès qu’on pousse la porte de cette pâtisserie, on découvre une déco tendance et contemporaine, comme on les aime. Des matériaux tels le bois et le laiton prennent des formes géométriques, en accord avec le logo et la pâtisserie phare « Mr & Mrs », qui se décline dans les parfums de tiramisu, caramel salé, meringue citronnée ou chocolat-passion.

Christophe Renou, Meilleur Ouvrier de France en pâtisserie, et sa femme Vanessa, analyste sensorielle, sont deux passionnés qui partagent leur enthousiasme et leur savoir-faire avec leurs clients. Ce concept familial séduit depuis l’ouverture, en juin 2017. Le couple veille également à utiliser des produits locaux et de saison pour leurs pâtisseries, afin de garantir la traçabilité.

Depuis peu, une nouvelle boutique, plus grande, abritant un tea-room ainsi que le laboratoire, a vu le jour dans les hauts de Plan-les-Ouates.

Nous avons eu le plaisir de rencontrer Christophe et Vanessa Renou pour un moment d’échange très enrichissant, et de déguster plusieurs de leurs réalisations. Un vrai régal !

 

Interview :

Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

Christophe : Je voulais déjà être pâtissier à l’âge de 12 ans. J’ai fait ma scolarité obligatoire, puis j’ai commencé un apprentissage en pâtisserie, où j’ai eu la chance de rencontrer un super maître d’apprentissage qui m’a donné l’amour de ce métier ; c’est la base. Je me suis passionné. J’avais toujours dans la tête l’idée de venir en Suisse, car c’est le pays du chocolat : j’avais lu un livre en apprentissage qui m’a marqué, et j’ai eu envie de venir en Suisse parce que c’était ici que je pouvais apprendre le chocolat. Arrivé en 2003, j’ai rencontré le deuxième personnage le plus marquant pour mon parcours, le pâtissier français Lucien Moutarlier, qui est installé dans le canton de Vaud. J’ai passé sept ans dans cette grande entreprise familiale où je me suis vraiment éclaté, et j’ai pu mieux connaître la Suisse. Après, je suis entré chez Valrhona, dans la vallée du Rhône, en tant que formateur puis responsable de l’école, où j’ai travaillé pendant sept ans et où j’ai rencontré Vanessa.

Vanessa : J’ai un parcours un peu particulier, je suis diététicienne à la base. Mais cette approche de l’alimentation me paraissait un peu trop médicalisée et j’avais envie de découvrir plutôt le côté plaisir du goût, donc j’ai fait une formation en analyse sensorielle, une science qui s’intéresse à l’étude du plaisir, qui permet d’analyser les préférences des consommateurs et les goûts des produits, afin de pouvoir adapter le produit en fonction des goûts. J’ai suivi cette formation dans une école à Dijon, le Centre européen du goût. Par la suite, je suis arrivé chez Valrhona, où j’ai travaillé pendant quinze ans, et je suis tombée amoureuse de l’approche du produit, du fait qu’il fallait travailler en direct avec les planteurs : les arômes du chocolat, ça se passe sur les plantations. On a développé beaucoup de techniques de fermentation du chocolat pour pouvoir mettre en avant l’origine du cacao. L’objectif était d’avoir la palette de goûts la plus riche possible à proposer au consommateur. La chocolaterie Valrhona m’a permis de travailler le chocolat dans tous ses états, sous toutes ses formes, telles que des ganaches, crémeux, tablettes, glaces, et de découvrir et d’apprendre l’expression aromatique du chocolat.

 

Comment est né le concept « Mr & Mrs Renou » ?

C. : C’était mon rêve depuis toujours d’ouvrir ma propre pâtisserie-chocolaterie. La rencontre avec Vanessa a fait qu’on réalise cette aventure à deux. Chaque recette, ainsi que tout le concept ont été réalisés ensemble, on vit tout à deux. Le nom est un petit clin d’œil au film « Mr & Mrs Smith ». On est dans un lieu de partage, un lieu de vie, où vous pouvez venir nous rencontrer ; on est là pour discuter, échanger, transmettre notre passion.

V. : Il est né à travers ma rencontre avec Christophe : on a une complémentarité pour notre passion du plaisir gourmand, on aime exprimer au mieux chaque ingrédient sélectionné. Christophe n’est pas dans la quête de faire le gâteau le plus complexe possible, avec une multiplicité de goûts. Notre approche est plus simple : pas beaucoup de parfums, deux ou trois au maximum, mais les valoriser. Par exemple, pour un mono-goût, on va jouer sur le côté sensoriel, sur les textures, pour faire vivre le goût. Notre identité n’est pas celle d’un dessert éphémère, nous essayons d’apporter une longueur en bouche afin qu’il y ait un début, un milieu et une fin de dégustation.

 

Pourquoi avez-vous choisi Carouge ?

C. : Mon ancien patron Lucien Moutarlier et son épouse m’ont dit : « Pourquoi ne pas retourner en Suisse ? » Et c’est en me baladant avec ma femme dans les ruelles de Carouge qu’on est tombé amoureux de ce quartier. On a cherché pendant quelque temps une arcade pour pouvoir installer notre pâtisserie, jusqu’à ce qu’une personne nous ait fait confiance en juin 2017. En décembre, on a ouvert une nouvelle boutique, où on a également déplacé notre atelier.

V. : J’ai suivi Christophe en Suisse. En visitant Genève, on est arrivé sur Carouge. On a été séduit par les petites arcades, l’âme d’artisan de la cité sarde. C’est un quartier chaleureux, les gens sont accueillants et il y a une atmosphère artistique où l’on s’est senti bien de suite. On a décidé de s’installer avec nos enfants.

 

Qu’est-ce que l’on trouve dans votre pâtisserie ?

C. : On y trouve beaucoup de pâtisseries, mais également un large choix de chocolats. Avec ma femme, on a vraiment voulu travailler le chocolat sous l’identité pâtissière. On a un métier d’émotion, on a envie de faire sentir cette émotion dans ce que les gens vont déguster, leur rappeler des souvenirs, refaire vivre quelque chose. On a du chocolat sous forme de tablettes, de bonbons pâtissiers, de petites billes aux fruits ou encore de Mac’sablés, mi-macarons mi-sablés.

 

Quel est votre gâteau/pâtisserie préféré(e) ?

V. : Avant, mon gâteau préféré était un moelleux tout chocolat ou un gâteau aux crêpes, ce sont des parfums, des saveurs qui me rappellent mon enfance. Maintenant, depuis que Christophe l’a créé, mon petit péché mignon est le « chou tout chocolat », qui est un dessert très gourmand et généreux. Il se compose d’un chou craquant farci d’une chantilly au chocolat noir 80% très peu sucrée, qui renferme un mini-chou avec un crémeux chocolat noir.

C. : J’aime tout ce qui est bon : un bon éclair, un bon mille-feuille, un bon paris-brest. Je n’ai pas de gâteau préféré.

Site web de leur pâtisserie